Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Thoughts

Ni artistes, ni vandales 2/2

Je ne suis pas un « street artist ». Je ne l’ai jamais été. J’en ai rien à foutre d’amuser le passant. Je n’ai pas le projet de le distraire. Je ne désire pas le surprendre. Et j’ai encore moins la prétention de le faire réfléchir. Je ne suis même pas sûr de savoir ce qu’est l’art. Ce que je veux, c’est hurler. Hurler que j’existe. Que je ne suis plus ce petit garçon humilié quotidiennement par des insultes et des coups de pieds dans les couilles. Que je ne suis plus ce garçon dont les filles se moquaient. Ce que je veux, c’est oublier. Oublier qu’enfant, mon père faisait « pipi tout blanc dans ma bouche ». Oublier que je n’ai jamais été beau. Que j’ai toujours eu plus de difficultés que les autres dans tous les domaines. Oublier que je suis faible. Que je n’ai jamais envie de gagner mais que j’ai toujours peur de perdre.

Je ne suis pas un vandale. Je ne l’ai jamais été. Dégrader le bien d’autrui n’a absolument rien d’excitant pour moi. Je n’y pense juste pas. Chaque tag, chaque pièce, sur un mur ou sur un train, n’est qu’un long cri de détresse. Je ne veux pas crever comme je suis né. Si je ne parviens pas à m’aimer moi-même, je serai aimé par les autres. Je veux exister. Exister enfin.

(Photo prise par Luisa Schmidt)

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Thoughts

Ni artistes, ni vandales 1/2

Je ne suis pas un « street artist ». Je ne l’ai jamais été. J’en ai rien à foutre d’amuser le passant. Je n’ai pas le projet de le distraire. Je ne désire pas le surprendre. Et j’ai encore moins la prétention de le faire réfléchir. Je ne suis même pas sûr de savoir ce qu’est l’art. Ce que je veux, c’est hurler. Hurler que j’existe. Je veux retrouver toute l’attention que mes parents m’ont donné et dont je suis privé depuis que j’ai quitté la maison familiale. Je ne suis qu’un enfant pourri gâté de merde qui n’existe jamais assez aux yeux des autres. Je n’aime pas les autres. Je veux simplement qu’ils m’aiment. Qu’ils m’aiment toujours plus. Qu’ils m’aiment et qu’ils en meurent.

Je ne suis pas un vandale. Je ne l’ai jamais été. Dégrader le bien d’autrui n’a absolument rien d’excitant pour moi. Rien n’est à autrui. Tout m’appartient. Chaque tag, chaque pièce, sur un mur ou sur un train, n’est qu’un long cri d’amour pour moi-même. Je veux exister. Exister toujours plus. Toujours plus que les autres.

(Photo prise par Elise L)

Standard
Esoteric Andalltha, My tailor is rich (EN posts)

Found on Instagram

Photos found on Instagram. — with Obey Giant, Cost, J’existe, Eye, Spark, Dystur, Loga, Dizer, VMD, LH2K and others.


#Namur #stickers #streetart #andalltha

A post shared by just photography (@saladmix) on



J ' E X I S T E #paris

A post shared by Emelie Törling (@emelieleontine) on



#stickers #streetart #typography #jexiste

A post shared by Hana (@hanaofangel) on


J'existe. #Montmartre #paris #jexiste #sticker #streetart #abbesses

A post shared by Lucie Corbasson (@luciecorbasson) on


#jexiste #paris #ruerosiers

A post shared by Morgan Willowgate (@mbwillowgate) on



Standard
Esoteric Andalltha, My tailor is rich (EN posts)

Some more Instagram finds

Nice flicks found on Instagram. — with J’existe, Eye and Blender.

À #barbes #paris #jexiste #sticker #street Eh oui..

A post shared by So Frémont (@so_fremont) on


#parisbanlieu #neuillysurmarne #jexiste

A post shared by Gloria Q (@tata_qui) on


Enfin pour moi

A post shared by Dr Damien (@damienrd) on


Yes We do!! #jexiste #sticker #streetart #bruxelles #ruedelaloi #autocollant

A post shared by elleswyng (@elleswyng) on


#jexiste

A post shared by Jojo (@ahojness) on


Standard