Pardon my French (FR posts), Thoughts

Triste constat

Autocollant après autocollant, voyage après voyage, petit boulot par ci, petit boulot par là, je travaille dur à me faire connaître, pour finalement survivre péniblement dans un petit appartement qui ressemble plus à un cimetière de canettes de Cara Pils, alors qu’il suffirait simplement que je tire joyeusement dans la foule à la mitraillette pour que je fasse la une du Times, que je sois logé gratuitement et qu’on me fasse à manger pendant trente ans. Et je ne parle pas des lettres d’admiratrices.

Triste constat.

Standard