Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts)

La Grande Communion (teaser)

J’ai donné à ma bouche une idée de ce que nos oreilles subiront à La Grande Communion.

Consultez le dossier de presse de l’événement par ici ! Commandez votre place par là !

Advertisements
Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories, Thoughts

Boules et bile

Toute ma vie, j’ai fuit les miroirs. Pas par catoptophobie mais par dégoût de mon image. Je tiens ça de mon père. Ce sentiment de répulsion est cependant injustifié. En effet, il est impossible de concevoir une image plus contradictoire que celle qui est réfléchie par le miroir. Il suffit de porter un anneau à l’oreille gauche pour que le reflet de soi le porte à l’oreille droite. Je me réjouis désormais de me voir dans la glace et de savoir que je ressemble à tout sauf à ce que j’y vois.

Standard
Esoteric Andalltha, Uncategorized

Ça aide clairement à relativiser

Décidément, l’année commence bien… L’écart entre mon cerveau et mes oreilles s’est encore creusé. Le temps nécessaire à la réception d’informations sensorielles se dilate un peu plus chaque heure. C’est plutôt préoccupant. Je décroche seulement mon téléphone des jours après que la personne qui m’appelle ait définitivement abandonné tout espoir de me joindre. La distance entre mon cerveau et ma bouche est encore plus énorme. Une conversation succincte avec moi prend désormais une éternité. Mon interlocuteur a déjà eu le temps de vieillir et de mourir avant même que je réponde à sa première question. Hier, j’ai réalisé que je ne me nourrissais plus que de saucisson en barquette et de mort aux rats alors que je suis strictement végétarien et que je n’ai jamais aimé la mort aux rats. Ma tête ne fait qu’enfler. J’ai été contraint de passer d’un studio de vingt mètres carrés à un terrain de trois mille hectares pour la loger… Je vous raconte pas le loyer ! D’un autre côté, quand on voit ce qui se passe dans le monde, ça donne pas trop envie de se plaindre. Pas plus tard que ce matin, j’ai vu un homme se mettre en boule sur le trottoir et crier comme un chat. J’en ai aussi vu un autre faire le poirier sur les pieds en rasant les murs, l’air hagard et les cheveux en pétard. Ça aide clairement à relativiser.

Standard