Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Thoughts

Pourquoi les chauffeurs de bus demandent-t-ils toujours aux passagers d’avancer vers l’arrière du véhicule alors qu’eux ils restent toujours à l’avant comme des connards ?

Pourquoi les chauffeurs de bus demandent-t-ils toujours aux passagers d’avancer vers l’arrière du véhicule alors qu’eux ils restent toujours à l’avant comme des connards ?

Advertisements
Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Thoughts

Rue Cœur Dures Fois

Street Heart Hard Times est une petite association de « rue artistes » et d’amateurs de « rue art » dont le projet est de commercialiser de jolis chandails au profit des personnes qui n’ont pas la chance de vivre sous un toit. Ces petits bijoux de textile synthétique décorés de la main de B-Art, Bué The Warrior, Dééjoohcéé, Eltipographic, Mister Melvin, Oli-B, Pointdextr, Solo Cink et moi-même seront exposés et vendus lors de trois « surgir magasins » à Hasselt, Gand et Bruxelles. Plus de détails ici.

Tous les modèles de société connus sont contraignants et laissent en marge une partie de la population. Il y aura toujours des hommes et des femmes à la rue. Ce sont des êtres humains et ils méritent notre aide quotidienne.

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories, Thoughts

Boules et bile

Toute ma vie, j’ai fuit les miroirs. Pas par catoptophobie mais par dégoût de mon image. Je tiens ça de mon père. Ce sentiment de répulsion est cependant injustifié. En effet, il est impossible de concevoir une image plus contradictoire que celle qui est réfléchie par le miroir. Il suffit de porter un anneau à l’oreille gauche pour que le reflet de soi le porte à l’oreille droite. Je me réjouis désormais de me voir dans la glace et de savoir que je ressemble à tout sauf à ce que j’y vois.

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories, Thoughts

GROS NAIN GROS KIF GROS MALAISE

Ça a débuté comme ça. Enfin, je ne sais pas comment ça a débuté. Ce que je crois, c’est que depuis ce moment, tous les phénomènes que l’on peut observer ne sont définis que par des causes dont ils sont les effets. La pensée humaine n’échappe pas à la règle. Nous ne choisissons pas. Nous ne créons rien. Nous ne faisons qu’obéir à la loi du déterminisme. La douleur est intangible et difficilement commensurable. Est-ce pour ça qu’on y voit quelque chose de divin ? Non. Eh bien ! il en va de même pour l’esprit qui n’est sans doute qu’un vulgaire engrenage de manifestations chimiques cérébrales. Pourquoi donc perdons-nous notre temps et notre argent dans la quête de l’intelligence artificielle ? Les robots que nous construisons ne répondront jamais qu’aux ordres qu’on leur donne. C’est comme ça que nous aussi fonctionnons. C’est comme ça que le monde fonctionne. Comme un grand Qui est-ce ? Un Qui est-ce ? grandeur nature. Une première équipe composée de vingt-quatre personnes et une seconde équipe composée des jumeaux des vingt-quatre personnes de la première équipe sont positionnées dos à dos dans la cour intérieure d’un bâtiment. Un premier joueur est posté face à la première équipe qu’il surplombe de la fenêtre du premier étage du bâtiment. Un second joueur est posté face à la seconde équipe qu’il surplombe de la fenêtre opposée à celle du premier joueur. Une cloison sépare les deux équipes de façon à ce que chaque joueur ne puisse observer que les membres de l’équipe qui est face à lui. Chaque joueur pioche une carte illustrée du portrait d’un membre du groupe positionné face à lui. Chaque joueur pose à tour de rôle à son adversaire une question concernant l’apparence d’un des membres de l’équipe positionnée face à lui. Il n’est possible de répondre aux questions par oui ou par non. Chaque joueur peut de cette manière, le but du jeu étant de deviner correctement l’identité du jumeau choisi par l’autre joueur, éliminer par un tir de .22 Long Rifle les membres du groupe visible n’affichant pas les particularités physiques de la personne recherchée.

Cela dit, je peux maintenant me coucher.

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories, Thoughts

Dans la mer sur du Lalanne

Mais c’est pas possible ! J’en ai encore trouvé un ce matin derrière mon armoire… Ils sont partout. Je te fiche mon billet que d’ici à la boulangerie, je vais en croiser une centaine ! Ils vivent nus et ils ne s’épilent pas. Ils ne travaillent pas. Ils dorment beaucoup. Ils rient. Ils ne mangent pas de viande. Ils ne se nourrissent que de fruits. Ils font éjaculer leurs copines. Ils s’aiment. Ils ne votent jamais. Je les trouve vulgaire mais, parfois, je me demande si ce n’est pas moi qui le suis. Leur manque de citoyenneté me choque mais, parfois, je me demande si ce n’est pas moi qui ne suis pas citoyen. Je les déteste parce que je les envie. J’envie leur bonheur. Ils représentent tout ce que j’aurais voulu être. Je ne veux plus les voir. Je veux qu’ils meurent. En souffrant. Dans la mer sur du Lalanne.

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories, Thoughts

Le vrai contraire de l’amour, c’est la différence

Ça a commencé ce matin. J’ai déjeuné en lisant le journal puis j’ai roulé-boulé à l’aveuglette une demi-cinquantaine d’heures. Je ne parvenais pas à m’arrêter, c’était l’Enfer. La machine s’était emballée. J’appelais à l’aide mais le temps que les passants réagissent, j’étais déjà trois kilomètres plus loin. Je me suis finalement écrabouillé violemment contre un arbrisseau. Maintenant, je souffre très fort à la tête et je me sens seul. Je ne sais pas où je suis. Il fait tout noir et je ne trouve pas la sortie. Je n’ai même plus la force de pleurer. Dis-moi, c’est quand, la fête de la haine ?

Standard