Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories

Des fromages et du jus d’orange

C’était mardi ou alors c’était la nuit. En tout cas, il faisait noir. Je venais de finir une longue journée de travail et j’avais besoin de me modifier les idées. J’ai surpris, au loin, des gens. Ils parlaient. Il y en avait un qui fumait. Je me suis approché d’eux. Tout le monde était là : Alain, Francis, Jean-Jacques, un tyrannosaure en short, un ouvrier de la commune et un œuf. On baptisait Denis. Avec de l’eau. Je me suis joint à la fête. On a dévoré d’épaisses tartines de beurre avec de la margarine et aussi avec des fromages en buvant du jus d’orange et aussi du thé à l’amiante avec beaucoup du pipi dedans. Il y avait un petit Chinois qui riait, j’aimais bien. Puis une dame a déboulé. N’ayons pas peur des mots : elle était un peu enveloppée. Ne nous mentons pas : elle était grosse. Appelons un chat un chat : elle était obèse. Tant et si bien qu’elle a éclaté comme une baudruche, balayant tout sur des kilomètres.

Je n’ai jamais revu Denis.

Standard
My tailor is rich (EN posts), Non-Esoteric Andalltha related stuff, Stories

The Night of the Hunter

«Would you like me to tell you the little story of right hand/left hand? H-A-T-E. It was with this left hand that old brother Cain struck the blow that laid his brother low. L-O-V-E. You see these fingers, dear hearts? These fingers has veins that run straight to the soul of man — the right hand, friends, the hand of love.»

the-night-of-the-hunter

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories

Au secours !

Au secours ! Un Chinois gigantesque m’a volé la moustache d’André Flahaut que j’avais achetée sur eBay et aussi un chou-fleur. Il a une grosse tête de Chinois et il mesure quelques kilomètres. Il est visible de l’espace. À l’heure qu’il est, il doit déjà avoir passé le Bosphore. Son rire est angoissant. Si vous avez des informations à son sujet, merci de me les communiquer au plus vite !

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories

Je n’aime pas la tarte au sang

Après avoir fini la tarte au sang de grosse-maman, nous sommes passés au salon pour y manger des cigares. Il y faisait chaud. La Mort nous y attendait. Je ne la voyais pas mais je sentais sa présence. On a allumé le poste de radio. Il pleuvait sur toutes les stations. La chaleur était suffocante. J’entendais des chats se battre à l’extérieur. Nous veillissions à vue d’œil. Les yeux de ma sœur étaient jaunes. Le corps de ma mère s’est transformé en tas de boue. Le squelette visqueux de mon père me fascinait. Je l’ai senti. Je l’ai touché. Je l’ai embrassé. Puis je suis parti. Je ne reviendrai plus jamais. Je n’aime pas la tarte au sang.

Standard
Echoing the sound, Pardon my French (FR posts), Stories

Je l’ai enfin vu

Je l’ai enfin vu. Je crois qu’il ne m’a pas reconnu. Il mangeait des cheveux sur une terrasse. Il était sale et bruyant. Ses yeux tombaient par terre. Son nez était en massepain. Ses moustaches poisseuses trempaient dans un grand bol de pipi. Ses oreilles ressemblaient à Michel Drucker quand il a bu. Ses genoux explosaient sans cesse. Des geysers de merde jaillissaient de son cul. On aurait dit qu’il imitait une vache. J’étais gêné pour lui. J’ai attendu ce moment toute ma vie et je finis aujourd’hui par me demander pourquoi. Je n’irai plus jamais chez le coiffeur.

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories

Des cheveux qui disent coucou

Je n’irai plus au supermarché. Tous les caissiers me ressemblent. Ils m’ont volé mon image. Mais la copie est grossière. On voit qu’ils ne sont faits que de plastique. Certains fondent, d’autres pleurent. Il y en a même un qui est une femme. Une femme énorme. Gigantesque. Monstrueuse. Avec des cheveux qui disent coucou.

Vous avez pris mon apparence. Vous n’aurez jamais mon identité.

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories

Compte-rendu illustré de la mission humanitaire menée à Monaco par une amie et moi-même

Au mois de mai, je suis parti en mission humanitaire avec Saru, une amie. Nous nous sommes rendus à Monaco en autostop pour y creuser un puits, facilitant ainsi l’accès à l’eau propre aux populations les plus défavorisées de la Principauté. Nous avons également participé à la construction d’une école. Enfin, nous avons jeté à bout portant du fric à la gueule des plus miséreux. Nous en sommes revenus grandis. « Ces gens-là n’ont rien et ils vous donneraient tout ! »

Il n’y a, en vérité, pas un seul pauvre à Monaco. C’est pourquoi j’ai jugé drôle d’y mener des actions humanitaires. C’est tragique de devoir toujours tout expliquer platement mais je préfère le faire car la majorité des gens à qui j’ai parlé de ce projet n’ont manifestement rien compris. « C’est beau, des jeunes qui partent aider ceux qui ont moins de chance ! » -_-

Je devais m’acheter une pelle et un costume de missionnaire chrétien mais je ne l’ai pas fait. Et les photos sont pas très jolies. Mais si ça ne vous plait pas, vous pouvez aller niquer votre mère. Par exemple.

Le trajet Liège-Lyon a été assuré par Pierre Puybaret, champion de France 2014 de bûcheronnage. Profitant d’une halte sur une aire d’autoroute, nous l’avons supplié, pour l’art, de faire semblant de nous découper. L’homme nous a signifié qu’il était pressé par le temps et que l’assemblage de sa tronçonneuse en kit est long et laborieux. C’est donc avec son porte-clefs en forme de hallebarde qu’il nous a hachés menu.

À Lyon, nous avons été reçus par de chiques personnes. C’est en vomissant de la bile purulente du cul que je les ai remerciés de leur accueil.

On a fait les singes à la Coucourde.

Je me suis recueilli quelques minutes dans un champs d’oliviers à Aix-en-Provence.

Notre hôte mandolocien-napoulois a chargé Saru de lui désherber le dos. Un très laid spectacle qui m’a été offert au réveil.

L’étape cannoise a été la plus rude. Le concours du plus grand trou de balle.

Ci-dessous, un cliché pris par Saru quelques secondes avant mon expulsion définitive du show business.

Avons dormi à la belle étoile sur la plage de Menton comme de très vieux clochards.

Arrivés à Monaco, nous avons découvert les favellas. « Comment est-ce que des êtres humains peuvent vivre là-dedans ? »

Les Monégasques les plus argentés se déplacent en tuk-tuk.

Sur la photographie suivante, on me voit faire semblant de creuser un puits avec le balai que j’utilise pour coller des affiches. Même pour des conneries pareilles, j’arrive pas à prendre le temps de bien faire les choses. On en avait marre de Monaco et ce happening débile nous faisait chier alors on a pris des photos vite fait histoire de dire que.

J’ai généreusement honoré les poches de quelques miséreux. Les enfoirés ont même pas dit merci. Je l’ai toujours en travers de la gorge. Ça passe pas.

Sur la photo ci-dessous, je pose avec un pauvre.

Excédés par le manque de reconnaissance des locaux, nous avons rebouché le puits, chié dans les réserves de nourritures larguées par l’aviation américaine et violé des enfants (dans le cul). Nous avons ensuite pris la route de l’Italie et là, le voyage a vraiment commencé. C’est beau, l’Italie.

Standard
Echoing the sound, My tailor is rich (EN posts), Non-Esoteric Andalltha related stuff, Stories

We will go to Mt. Paektu

Laibach will perform twice in Pyongyang, North Korea. The performances will occur on the 70th anniversary of Gwangbokjeol, a holiday celebrating the liberation of Korea from Japan’s colonial rule, on August 15th.

We’ll go in springtime, we’ll go in winter too
We’ll go in our dreams, we’ll go at any time
We’ll go for a lifetime, we’ll continue going through generations
To Mount Paektu, the home of my heart

We’ll go to Mt. Paektu
We’ll go, we’ll go to Mt. Paektu that calls us

Galila galila baegdusan-eulo galila
Ulileul buleuneun baegdusan-eulo galila

We’ll go in springtime, we’ll go in winter too
We’ll go in our dreams, we’ll go at any time
We’ll go for a lifetime, we’ll continue going through generations
To Mount Paektu, the home of my heart

We’ll go to Mt. Paektu
We’ll go to Mt. Paektu that calls us

Galila galila baegdusan-eulo galila
Ulileul buleuneun baegdusan-eulo galila

Galila galila baegdusan-eulo galila
Ulileul buleuneun baegdusan-eulo galila

We’ll go to Mt. Paektu that calls us

Standard