Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories

Compte-rendu illustré de la mission humanitaire menée à Monaco par une amie et moi-même

Au mois de mai, je suis parti en mission humanitaire avec Saru, une amie. Nous nous sommes rendus à Monaco en autostop pour y creuser un puits, facilitant ainsi l’accès à l’eau propre aux populations les plus défavorisées de la Principauté. Nous avons également participé à la construction d’une école. Enfin, nous avons jeté à bout portant du fric à la gueule des plus miséreux. Nous en sommes revenus grandis. « Ces gens-là n’ont rien et ils vous donneraient tout ! »

Il n’y a, en vérité, pas un seul pauvre à Monaco. C’est pourquoi j’ai jugé drôle d’y mener des actions humanitaires. C’est tragique de devoir toujours tout expliquer platement mais je préfère le faire car la majorité des gens à qui j’ai parlé de ce projet n’ont manifestement rien compris. « C’est beau, des jeunes qui partent aider ceux qui ont moins de chance ! » -_-

Je devais m’acheter une pelle et un costume de missionnaire chrétien mais je ne l’ai pas fait. Et les photos sont pas très jolies. Mais si ça ne vous plait pas, vous pouvez aller niquer votre mère. Par exemple.

Le trajet Liège-Lyon a été assuré par Pierre Puybaret, champion de France 2014 de bûcheronnage. Profitant d’une halte sur une aire d’autoroute, nous l’avons supplié, pour l’art, de faire semblant de nous découper. L’homme nous a signifié qu’il était pressé par le temps et que l’assemblage de sa tronçonneuse en kit est long et laborieux. C’est donc avec son porte-clefs en forme de hallebarde qu’il nous a hachés menu.

À Lyon, nous avons été reçus par de chiques personnes. C’est en vomissant de la bile purulente du cul que je les ai remerciés de leur accueil.

On a fait les singes à la Coucourde.

Je me suis recueilli quelques minutes dans un champs d’oliviers à Aix-en-Provence.

Notre hôte mandolocien-napoulois a chargé Saru de lui désherber le dos. Un très laid spectacle qui m’a été offert au réveil.

L’étape cannoise a été la plus rude. Le concours du plus grand trou de balle.

Ci-dessous, un cliché pris par Saru quelques secondes avant mon expulsion définitive du show business.

Avons dormi à la belle étoile sur la plage de Menton comme de très vieux clochards.

Arrivés à Monaco, nous avons découvert les favellas. « Comment est-ce que des êtres humains peuvent vivre là-dedans ? »

Les Monégasques les plus argentés se déplacent en tuk-tuk.

Sur la photographie suivante, on me voit faire semblant de creuser un puits avec le balai que j’utilise pour coller des affiches. Même pour des conneries pareilles, j’arrive pas à prendre le temps de bien faire les choses. On en avait marre de Monaco et ce happening débile nous faisait chier alors on a pris des photos vite fait histoire de dire que.

J’ai généreusement honoré les poches de quelques miséreux. Les enfoirés ont même pas dit merci. Je l’ai toujours en travers de la gorge. Ça passe pas.

Sur la photo ci-dessous, je pose avec un pauvre.

Excédés par le manque de reconnaissance des locaux, nous avons rebouché le puits, chié dans les réserves de nourritures larguées par l’aviation américaine et violé des enfants (dans le cul). Nous avons ensuite pris la route de l’Italie et là, le voyage a vraiment commencé. C’est beau, l’Italie.

Standard

One thought on “Compte-rendu illustré de la mission humanitaire menée à Monaco par une amie et moi-même

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s