Echoing the sound, Non-Esoteric Andalltha related stuff

Le blues de Londres, le spleen des villes, le rock de Rotterdam et le smog de toutes les villes

Dick Annegarn – Le Blues de Londres

Les buildings et les bulldogs consomment tout l’air pour mon bubblegum
Les buildings et les bulldogs en somme little bibendum
Les buildings et les bulldogs consomment tout l’air pour mon bubblegum
Les buildings et les bulldogs in the bubblegum jungle

Pas de lumière sur ma moto
Et ça peut me coûter cher sur l’Boulevard des Maréchaux
Pas d’ceinture, pas d’feux
Et si je quitte la route, c’est qu’il n’est pas trop tôt
D’aller en déroute pour d’autres eaux

Le blues de Londres, le spleen des villes
Le rock de Rotterdam et le smog de toutes les villes

Je m’égare le long de longues files de voitures en stationnement
Et ces autos immobiles me font l’effet d’un enterrement
Et quand par malheur je trouve quelqu’un pour me demander le chemin
Ce quelqu’un me dit “Écoute-moi bien, cette rue, tu vois, elle te mène à rien”

Le blues de Londres, le spleen des villes
Le rock de Rotterdam et le smog de toutes les villes

Comment s’appelle encore le smog en français, quand ça te tombe
Sur le coin de la gueule ?
Comment s’appelle encore la vogue de ces messieurs
Quand ils sortent de l’hôtel de l’Élysée, d’un choix de loi
De Buckingham Palace et de petits pois ?

Je te dis, je te dis que toutes ces stars du grand monde ne manquent pas d’air
Et qu’en fait c’est vraiment pas bizarre quand tu voyages en Canadair
Et que quand tu as tout, t’as beaucoup besoin de beaucoup de choses
Et qu’en fait c’est vraiment pas facile d’y éviter l’overdose

Dans ce blues de Londres, ce spleen des villes
Ce rock de Rotterdam et ce smog de toutes les villes

Ce que Belleville et Soho et Naples ont de commun
C’est que tous leurs sacrés phonos gueulent dans tous les coins
Et que toutes leurs foutues autos font le bruit d’une lourde industrie
Et qu’en fait c’est vraiment pas facile d’y éviter l’avarie

Dans ce blues de Londres, ce spleen des villes
Ce rock de Rotterdam et ce smog de toutes les villes

Ce n’est pas toi, ce n’est pas toi, ce n’est pas toi
Qui as inventé la poudre aux yeux
Et ça se voit
Moi je l’ai vue entre deux rues
Tu ne connais pas, tu ne connais pas plus loin
Que la Porte des Lilas
Mais tu connais bien
Les chauds lapins de là-bas

Du blues de Londres, du spleen des villes
Du rock de Rotterdam et du smog de toutes les villes

Pas de lumière sur ma moto

Standard

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s