Echoing the sound, Non-Esoteric Andalltha related stuff, Pardon my French (FR posts)

Quand on était fauchés, elle payait pour nous

Un pey reprend “Chez Laurette” de Michel Delpech.

Michel Delpech – Laurette (cover)

À sa façon de nous appeler ses gosses
On voyait bien qu’elle nous aimait beaucoup
C’était chez elle que notre argent de poche
Disparaissait dans les machines à sous

Après les cours, on allait boire un verre
Quand on entrait, Laurette souriait
Et d’un seul coup, nos leçons, nos problèmes
Disparaissaient quand elle nous embrassait

C’était bien, chez Laurette
Quand on faisait la fête
Elle venait vers nous
Laurette

C’était bien, c’était chouette
Quand on était fauchés
Elle payait pour nous
Laurette

Et plus encore, afin qu’on soit tranquille
Dans son café, y avait un coin pour nous
On s’y mettait pour voir passer les filles
Et j’en connais qui nous plaisaient beaucoup

Si par hasard on avait l’âme en peine
Laurette seule savait nous consoler
Elle nous parlait et l’on riait quand même
En un clin d’œil, elle pouvait tout changer

C’était bien chez Laurette
On y retournera
Pour ne pas l’oublier
Laurette

Ce sera bien, ce sera chouette
Et l’on reparlera
Des histoires du passé
Chez Laurette

Ce sera bien, ce sera chouette
Et l’on reparlera
Des histoires du passé
Chez Laurette

Standard

One thought on “Quand on était fauchés, elle payait pour nous

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s