Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories

Un drôle de chapeau

Helsinki. 666 av. J.-C. De lourds nuages de pisse dansent au-dessus de la ville. Les chiens hurlent. Les putains grognent. Du sommet de son minaret en bois de pomme de pin, un homme dicte à sa femme la liste des courses. Il hurle plus fort qu’il ne crie. Un bouc mort, un kilo de nougat, deux litres de pus de vache et des Apéricubes. Tous les ingrédients nécessaires à la création de l’élixir de paix et de justice entre les hommes et aussi entre les chats. Assisté par Jack Lang, Jack Lang, Adolf Hitler, un druide dépressif et un Balavoine rance, il entend bien mettre un point final à la violence faite aux hommes par les hommes, aux chats par les chats, aux hommes par les chats et aux chats par les hommes. Il en est persuadé : grâce à sa panacée, le mal, la cruauté, la haine, l’obscénité, les coups, les blessures, la torture, la punition, le meurtre, l’assassinat, le parricide, le matricide, le régicide, le génocide, le suicide, la barbarie, la mutilation, la décapitation, l’écartèlement, l’empoisonnement, l’électrocution, la séquestration, l’humiliation, l’intimidation, le harcèlement, la moquerie, l’injure, la menace, l’outrage, le complot, le mensonge, le parjure, le blasphème, la fraude, la corruption, l’escroquerie, le braquage, le vol, le viol, le piratage, la contrefaçon, le vandalisme, la drogue, l’esclavage, l’exploitation, le proxénétisme, la guerre, la dictature, le totalitarisme, le terrorisme et le crime contre l’humanité ne seront rapidement plus que de vagues mauvais souvenirs. Après quelques incantations de druide et de magie, les gens autour de lui étaient toujours des connards. Ça n’a pas marché mais il avait essayé.

Et je n’ai pas fait d’erreur en rédigeant ce texte, Jack Lang et Jack Lang sont des personnes bien distinctes qui portent tout simplement le même nom et le même prénom. J’en ai déjà rencontré un des deux et il a un drôle de chapeau.

Standard
Esoteric Andalltha, My tailor is rich (EN posts), Stories

Steamrolling baby!

Creative Review:

For a third year on a row Topo Copy (BE) teamed up with Helix and Het Miat (Museum of Industrial Archaeology and Textiles Ghent) to make giant prints with approx. 25 artists, not on a press but on concrete with a steamroller, a type of heavy construction machinery used for flattening/compacting surfaces, such as roads or airfields… During a two-day-event the carved lino’s and wooden plates got inked and printed on ‘flags’ and paper with the aid of a steamroller.

Photo taken by Steven Verspeet

Photo taken by Steven Verspeet

Sam Scarpulla's work - Photo taken by Michiel Devijver

Sam Scarpulla’s work – Photo taken by Michiel Devijver

Photo taken by Michiel Devijver

Photo taken by Michiel Devijver

My contribution - Photo taken by Michiel Devijver

My contribution – Photo taken by Michiel Devijver

El Topo's work - Photo taken by Michiel Devijver

El Topo’s work – Photo taken by Michiel Devijver

Photo taken by Michiel Devijver

Photo taken by Michiel Devijver

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories

Berlin, juillet 2014

Ci-dessous, quelques photos prises à Berlin il y a plus ou moins deux mois. La dernière est à moitié voilée car j’ai brisé l’appareil avec lequel je l’ai prise en passant à travers le toit d’une Cathy Cabine que j’avais escaladée pour une raison X. Pendant toute ma chute qui doit avoir duré trois centièmes de seconde j’ai prié tous les dieux pour que cette cabine soit inoccupée. Elle l’était. Sinon, je pense que j’aurais pu tuer quelqu’un.

THIERRYWHERE! JASPARTOUT !

THIERRYWHERE! JASPARTOUT !

Shepard Fairey, Bomit, J'existe, XVALA, Hesher Park, Oppressive Thumb, Eye, FYA, Football Crew, Faar, Brume et cie

Shepard Fairey, Bomit, J’existe, XVALA, Hesher Park, Oppressive Thumb, Eye, FYA, Football Crew, Faar, Brume et cie

Standard
Pardon my French (FR posts), Stories, Thoughts

Et pourtant elle est plate !

La Terre est plate. Elle ne s’appelle “Terre” que parce que nous l’avons nommée ainsi. Pourquoi l’appeler “Terre” alors qu’elle n’est principalement composée que d’eau et de safran ? Les enfants ne sont pas des enfants mais des petits adultes. Les nains ne sont pas nains, c’est nous qui sommes trop grands. Notre âge est défini par le nombre d’années qui nous séparent de la mort et non de la naissance. L’homosexualité n’est pas une mode du XXIe siècle mais une maladie inoculée aux coiffeurs et aux homosexuels dans le but de déconstruire, brique après brique, le modèle familial monoparental. Le 11 septembre n’a jamais existé. En effet, le mois de septembre 2001, année bissextile, ne comptait que dix jours, compte tenu du décalage horaire de l’heure d’été, calquée sur les fuseaux horaires israélo-palestiniens. Willy Demeyer n’est qu’une création de la CIA. William Superlative ne s’appelle pas William Superlative mais William Autmans. Alain Robert, le Spiderman français, n’a jamais escaladé quoi que ce soit. Même pas une chaise. Il n’est même jamais monté sur une balance. Sauf lors d’une visite médicale quand un gros infirmier l’avait menacé de lui couper les bras et aussi les jambes s’il ne montait pas sur la balance. Nos tortionnaires que l’on ne peut nommer sous peine d’être traduits en justice, membres de la communauté organisée, s’emploient jour et nuit à nous noyer toujours un peu plus dans un océan de mensonges peuplé de requins-marteaux, de poissons-chats, d’eau et de mensonges…

Ouvrons les yeux ! Instruisons-nous ! DEBOUT !

Mais d’abord je vais manger un bol de céréales. Enfin, ce sont les céréales que je vais manger et pas vraiment le bol. Sinon, j’aurais blindé des dents cassées et comme j’aurais blindé des dents cassées je ne pourrais plus que très difficilement manger des céréales à moins qu’elles aient baigné longtemps dans le lait et qu’elles soient devenues toutes ramollies et donc plus faciles à manger sans dents ou avec blindé des dents cassées.

Standard
Pardon my French (FR posts), Stories

C’est pas très drôle, mais ça m’est vraiment arrivé

Ça a débuté comme ça. Je me baladais sur l’avenue, le cœur ouvert à l’inconnu, quand plusieurs bougnoules de vingt mètres de hauteur ont surgi de nulle part. Ils étaient nus. Ils étaient mille. Ils couraient en ma direction. Ils couraient vite. Pris d’une peur panique, je me suis enfui. A alors commencé une interminable course-poursuite dans les rues de Liège. Ils étaient horribles. Leurs yeux étaient révulsés et leurs dents mal rangées. De leurs nez épatés s’échappaient des torrents de pus bouillant. Ils hurlaient rageusement du Tonton David à s’en élargir les commissures jusqu’aux oreilles. Le bruit de leurs couilles qui claquaient contre leurs cuisses m’assourdissait. L’odeur de merde chaude émanant de ces colosses d’ébène était tellement forte que j’avais l’impression d’en bouffer des barquettes entières. Ils crachaient aussi du feu par le cul. Ils venaient sans doute de Matonge et étaient très certainement au chômage. Pourquoi me poursuivaient-ils ? Pourquoi moi ? Étais-je en train de vivre mes derniers instants ? Ces questions m’ont obsédé les six mois pendant lesquels j’ai couru jour et nuit sans relâche pour échapper à ces singes monstrueux. Et c’est ce matin que cette course folle a pris fin. Distrait par le sommeil, je me suis arrêté pour renouer mes lacets. Ils m’ont encerclé et m’ont demandé du feu. Je leur ai répondu que je n’avais pas de briquet sur moi et que de toute façon l’usage d’un briquet n’est pas nécessaire quand on chie du feu par le cul. Ils m’ont dit qu’ils oubliaient tout le temps qu’ils chiaient du feu par le cul, un peu comme quand on cherche ses lorgnons alors qu’ils trônent sur notre nez, m’ont remercié quand même et ont pris congé. Finalement, ils étaient noirs mais ils étaient sympa quand même. Ça s’est plus ou moins passé comme ça.

Une belle journée à vous, moi je vais dormir !

Standard