Pardon my French (FR posts), Stories

C’est pas très drôle, mais ça m’est vraiment arrivé

Ça a débuté comme ça. Je me baladais sur l’avenue, le cœur ouvert à l’inconnu, quand plusieurs bougnoules de vingt mètres de hauteur ont surgi de nulle part. Ils étaient nus. Ils étaient mille. Ils couraient en ma direction. Ils couraient vite. Pris d’une peur panique, je me suis enfui. A alors commencé une interminable course-poursuite dans les rues de Liège. Ils étaient horribles. Leurs yeux étaient révulsés et leurs dents mal rangées. De leurs nez épatés s’échappaient des torrents de pus bouillant. Ils hurlaient rageusement du Tonton David à s’en élargir les commissures jusqu’aux oreilles. Le bruit de leurs couilles qui claquaient contre leurs cuisses m’assourdissait. L’odeur de merde chaude émanant de ces colosses d’ébène était tellement forte que j’avais l’impression d’en bouffer des barquettes entières. Ils crachaient aussi du feu par le cul. Ils venaient sans doute de Matonge et étaient très certainement au chômage. Pourquoi me poursuivaient-ils ? Pourquoi moi ? Étais-je en train de vivre mes derniers instants ? Ces questions m’ont obsédé les six mois pendant lesquels j’ai couru jour et nuit sans relâche pour échapper à ces singes monstrueux. Et c’est ce matin que cette course folle a pris fin. Distrait par le sommeil, je me suis arrêté pour renouer mes lacets. Ils m’ont encerclé et m’ont demandé du feu. Je leur ai répondu que je n’avais pas de briquet sur moi et que de toute façon l’usage d’un briquet n’est pas nécessaire quand on chie du feu par le cul. Ils m’ont dit qu’ils oubliaient tout le temps qu’ils chiaient du feu par le cul, un peu comme quand on cherche ses lorgnons alors qu’ils trônent sur notre nez, m’ont remercié quand même et ont pris congé. Finalement, ils étaient noirs mais ils étaient sympa quand même. Ça s’est plus ou moins passé comme ça.

Une belle journée à vous, moi je vais dormir !

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories

Methods of Destruction, part III

Râ enfantera un chien et ce chien enfantera Râ. Les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers. Yann Arthus-Bertrand vomira ses os à la télévision. La chaleur sera insupportable, l’air irrespirable. Le sable hurlera. Les océans se jetteront dans le ciel. Les Dragons de l’Apocalypse se disputeront nos cadavres. Il ne restera rien. Rien.

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories

E pericoloso sporgersi

Des centaines de milliers de cavaliers sans têtes dévoreront nos foies tandis que les tueurs du Brabant asphyxieront nos cerveaux. La chasse à l’homme sera ouverte. Nos femmes seront vendues et le vent étouffera nos enfants. Le téléphone ne répondra plus. Les trains se tairont peu à peu. Les roues de l’Enfer tourneront et la neige cramoisira. Thor pleurera du sperme et les grands rois juifs s’abreuveront du sang des ignorants. Seule la maladie triomphera.

esoteric-newspaper-engraving-durer

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts)

Donnez-moi une faute de frappe !

Donnez-moi un C !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un S !
Donnez-moi un O !
Donnez-moi un I !
Donnez-moi un R !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un À !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un 2 !
Donnez-moi un 2 !
Donnez-moi un H !
Donnez-moi une virgule !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un U !
Donnez-moi un N !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un V !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un R !
Donnez-moi un R !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un S !
Donnez-moi un T !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un P !
Donnez-moi un R !
Donnez-moi un O !
Donnez-moi un P
Donnez-moi un O
Donnez-moi un S !
Donnez-moi un É !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un A !
Donnez-moi un U !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un C !
Donnez-moi un A !
Donnez-moi un F !
Donnez-moi un É !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un L !
Donnez-moi un I !
Donnez-moi un T !
Donnez-moi un T !
Donnez-moi un É !
Donnez-moi un R !
Donnez-moi un A !
Donnez-moi un I !
Donnez-moi un R !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un W !
Donnez-moi un A !
Donnez-moi un L !
Donnez-moi un L !
Donnez-moi un O !
Donnez-moi un N !
Donnez-moi une virgule !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un L !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un T !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un M !
Donnez-moi un P !
Donnez-moi un L !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un L !
Donnez-moi un I !
Donnez-moi un É !
Donnez-moi un G!
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un O !
Donnez-moi un I !
Donnez-moi un S !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un D !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un S !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un A !
Donnez-moi un R !
Donnez-moi un T !
Donnez-moi un S !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un T !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un D !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un S !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un L !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un T !
Donnez-moi un T !
Donnez-moi un R !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un S !
Donnez-moi une virgule !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un À !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un L !
Donnez-moi une apostrophe !
Donnez-moi un O !
Donnez-moi un C !
Donnez-moi un C !
Donnez-moi un A !
Donnez-moi un S !
Donnez-moi un I !
Donnez-moi un O !
Donnez-moi un N !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un D !
Donnez-moi un U !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un M !
Donnez-moi un A !
Donnez-moi un T !
Donnez-moi un C !
Donnez-moi un H !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un B !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un L !
Donnez-moi un G !
Donnez-moi un I !
Donnez-moi un Q !
Donnez-moi un U !
Donnez-moi un E !
Donnez-moi un trait d’union !
Donnez-moi un U !
Donnez-moi un S !
Donnez-moi un A !
Donnez-moi un point !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un W !
Donnez-moi un H !
Donnez-moi un O !
Donnez-moi une apostrophe !
Donnez-moi un S !
Donnez-moi un espace !
Donnez-moi un I !
Donnez-moi un N !
Donnez-moi un point d’interrogation !

ÉKESKEUSSAFAIT ?

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Thoughts

Révolution quantique

L’étudiant Hervé Julien me questionne régulièrement au sujet du criticisme kantien, mouvance philosophique qui consiste à remettre en question la thèse structuraliste. Je prends aujourd’hui le temps de rendre publique une synthèse des grandes idées dégagées lors de nos entretiens. Le structuralisme est, selon moi, la manière la plus pertinente d’aborder la question humaine. L’ethnologie est, globalement, une réflexion humaniste comparative. Néanmoins, cette idée n’est pas partagée par tous les acteurs de la sociologie contemporaine. La première difficulté est d’ordre terminologique. La seconde, d’ordre sémantique. En effet, l’ensemble des variations des non-lieux de la modernité pourrait se définir contre un univers pré-structuré par l’individualisme. Il n’en est rien. Le sens, autant que le mythe, ne peut être fabriqué. L’être en soi est inaccessible et ne peut être deviné que par l’analyse des phénomènes par l’entendement. La quête de la compréhension de l’Homme est alors divisée entre les jugements a priori et a posteriori et les jugements synthétiques et analytiques. Penser, c’est juger. Si l’on ne juge pas, on ne pense pas. En revanche, le passage du monde clos à l’épistémologie permet aux penseurs libertariens de s’inviter dans les débats politiques. L’essence de l’étude de la morale et de la moralité est donc à reconsidérer. Les concepts d’esthétique et d’universalité de l’esthétique fusionnent en une seule et même entité matérielle et spirituelle. Ce que l’on pourrait appeler le conservationnisme philosophique devient alors l’illustration sensible d’une vérité considérée comme indiscutable. C’est. Du. Je. Une augmentation de la pauvreté. Révolution quantique.

Standard
Pardon my French (FR posts), Stories

Tatatititontu

Ton tonton tond ton tonton t’ont thon ton tonton thon ton t’ont tond ton tonton tond ton thon t’ont ton tonton t’ont thon tonton ton tonton thon ton t’ont tond ton tonton tond ton thon t’ont ton tonton t’ont thon ton tonton thon ton t’ont tond ton tonton tond ton tonton ton tonton t’ont thon ton tonton thon ton t’ont tond ton tonton tond ton tonton tond ton ton ton tonton tond ton thon t’ont ton tonton t’ont thon ton tonton thon ton t’ont tond ton tonton tond ton tonton ton thon t’ont thon ton tonton thon ton ton tonton ton thon t’ont thon ton tonton thon ton t’ont tond ton thon t’ont ton thon tond ton tonton tond ton tonton t’ont thon ton thon t’ont ton ton tonton thon ton t’ont tond ton tonton tond ton tonton t’ont thon ton tonton thon ton t’ont tond ton tonton tond ton tonton ton ton ton t’ont thon ton ton ton tonton thon ton t’ont tond ton tonton tond ton thon t’ont ton tonton t’ont thon ton tonton thon ton t’ont tond ton tonton tond ton tonton ton thon t’ont thon ton tonton thon ton ton tonton tond ton tonton t’ont thon ton ton ton ton tonton thon ton t’ont tond ton tonton tond ton tonton t’ont thon ton tonton thon ton t’ont tond ton tonton tond ton ton ton tonton tond ton thon t’ont ton tonton t’ont thon ton tonton thon ton t’ont tond ton tonton tond ton tonton ton thon t’ont thon ton tonton thon ton ton tonton tond ton ton tonton t’ont thon ton ton ton ton tonton thon ton t’ont tond ton ton ton ton thon tond ton tonton t’ont tond ton tonton tond ton tonton ton ton ton t’ont thon ton ton ton tonton thon ton t’ont tond ton tonton tond ton tonton t’ont thon ton ton ton ton tonton tond ton tonton ton ton ton ton ton ton thon t’ont tond tonton TATILAUTÉTATOU

Standard
Esoteric Andalltha, Pardon my French (FR posts), Stories

Le grand débarquement

Il n’était pas midi quand le grand débarquement. C’était il y a dix ans. Les nuages tonnaient et le soleil louchait. Les hélicoptères pleuvaient de gigantesques têtes de Balavoine et des sous-marins jaillissaient des quantités effroyables de Beatles. Le front russe avançait tandis que la bataille des Ardennes. Les chats retentirent puis les ours périrent. C’était il y a dix ans. Et un mois.

Standard